Encombrants


Le dossier FD40 "Les Encombrants"

L'objet encombrant, de par sa définition, est forcément un objet qui gêne et dont on cherche à se débarrasser

Souvent, ce terme regroupe tout ce qu'on ne sait pas où mettre ailleurs. Du fait qu'il occupe inutilement de l'espace habitable, l'objet encombrant doit être évacué.

Un amas de déchets encombrants déposé sur la voie publique est assez hétéroclite: mobilier (vieux canapés, matelas, tables, chaises), électroménager (frigos, cuisinières, télévision) et toutes sortes d'objets tels que skis, pneus, vieilles batteries, rouleaux de moquette, … Ces déchets se composent principalement des matériaux suivants: bois, ferraille, métaux divers, textiles et plastique.

Le déchet encombrant est surtout caractérisé par sa taille importante, mais les définitions divergent en fonction des acteurs concernés. Ainsi, pour l'exploitant d'une usine d'incinération, ce sont des objets incinérables avec plus de 50 cm de côté.

Les fabricants de meubles préfèrent évoquer l'ancienneté de l'objet plutôt que d'utiliser le terme d'encombrant lié à sa taille, ce qui serait trop péjoratif dans le milieu de la vente. Pour le consommateur, c'est souvent un objet démodé, abîmé ou non, qui gêne et dont on ne sait pas comment se débarrasser.

Au niveau suisse, les chiffres sur la production spécifique des encombrants sont rares, car ils sont souvent compris dans les déchets ménagers. Toutefois, on peut estimer qu'en moyenne, un habitant suisse produit actuellement 30 kg d'encombrants par an contre seulement 20 kg au début des années 90 (voir graphique en page 2), soit une augmentation de 50%.

Production en augmentation

Cette augmentation s'explique par les effets cumulatifs suivants:

  • le pouvoir d'achat des consommateurs s'est renforcé et les prix sont toujours plus avantageux pour le mobilier et l'informatique;
  • l'effet de mode couplé avec un pouvoir d'achat renforcé a pour conséquence une fréquence de remplacement accrue pour le mobilier et l'informatique,

ceci d'autant plus que la qualité des meubles se détériore (durée de vie estimée à 10-15 ans pour la plupart du mobilier).

Ainsi, les habitudes de consommation sont modifiées, ceci surtout en zone urbaine; - la performance croissante des tris sélectifs mis en place par les communes qui ont pour répercussion directe un tonnage d'encombrants en augmentation et simultanément une baisse de la quantité des déchets ménagers déposés en décharge ou incinérés (440 kg/hab. en 1990 et 350 kg/hab. en 1996 en Suisse); - la fermeture en 1996 des décharges de classe II qui acceptaient les déchets encombrants (cette influence est importante surtout en zone rurale).

"Ai-je le droit de m'approprier ce fauteuil?" D'après la loi sur la protection de l'environnement (LPE, art. 7 al. 6 et art. 31b), le déchet est considéré comme une chose meuble dont le détenteur se défait ou dont l'élimination est commandée par l'intérêt public (le canton doit l'éliminer mais n'en est pas propriétaire). Ramassé, l'encombrant n'est plus un déchet et ne dépend donc plus de la LPE. Il est ainsi permis d'en prendre possession sur le trottoir. Source: OFEFP.

Organisation de la collecte et du tri.

Il existe trois filières principales de collecte des encombrants.

La filière publique inclut 2 systèmes: les tournées planifiées des services de voirie communale (par exemple Lausanne) ou le système du ramassage sur appel (Genève depuis longtemps, Vevey et Yverdon tout récemment, Zurich, …).

Les raisons essentielles qui ont poussé la ville de Genève à supprimer les tournées porte-à-porte sont un manque de place lié à la densité de l'habitat urbain, la volonté d'offrir un service de qualité à la population par une augmentation de la fréquence des débarras tout en évitant la dispersion des déchets sur le trottoir.

Le tri à la source des encombrants permet d'augmenter le taux de recyclage et de réutilisation des matières valorisables (concept de développement durable). Ainsi, à Genève, le tri est effectué en aval de la collecte avec une séparation des matières recyclables et des fractions incinérables ultimes en UIOM, grâce à une déconstruction sélective (électroménager, bois, ferraille, batteries, pneus, bureautique).

Les résultats atteints attestent d'un taux de recyclage moyen de 58% (1996 à 2000). La ville de Zurich a testé l'efficacité d'un dépôt anticipé des déchets encombrants sur la voie publique, soit une semaine avant la date de ramassage prévue. Résultat: une diminution de 50% des déchets encombrants nécessitant un traitement en incinération.

L'inconvénient majeur réside toutefois dans la dispersion des encombrants sur la voie publique, donc une surcharge de travail pour les services de voirie. Une alternative au tri à la source serait de mettre en place une déchetterie couverte pour permettre une reprise directe par les citoyens (sorte de marché des encombrants comme à Vevey).

Encore faut-il assurer la proximité de la déchetterie pour le détenteur du déchet à évacuer. Cette méthode serait peut-être une solution au problème des débarras sauvages non résolu à ce jour, notamment à Genève.

La filière privée applique quant à elle le principe du pollueur-payeur et présente la particularité de reprendre avant tout les objets en bon état. Les grandes surfaces de vente de l'immobilier proposent un service de récupération de vieux meubles qui facilite la tâche du client mais qui implique une participation financière de sa part.

C'est le cas d'Ikea qui procède à une déconstruction sélective des meubles et valorise les composants recyclables en matières de base (80% de réutilisation, 20% devant être brûlés). Pfister Meubles a mis en place un service similaire où les vieux meubles sont remis à neuf dans des ateliers de réparation interne. Les œuvres caritatives (Emmaüs) proposent quant à elles des services de ramassage à domicile (voir en page 4). Le consommateur est réticent face à cette filière payante, dès lors qu'il peut évacuer ses encombrants gratuitement sur le trottoir. Il en résulte un taux de reprise qui atteindrait environ 2% pour la filière privée.

La filière informelle consiste en un ramassage incontrôlé des objets encombrants par des récupérateurs qui revendent les objets de qualité sur des petits marchés locaux (puces, foires, brocantes, …). L'avantage de cette filière est qu'elle contribue à la durabilité des objets encombrants, repoussant le moment de l'élimination.

C'est probablement en raison d'une forte présence de cette filière à Genève, renforcée par les récupérateurs de France voisine, que les tonnages d'encombrants à incinérer sont nettement inférieurs à la moyenne suisse dans la cité du bout du lac. En maintenant l'existence simultanée de ces 3 filières, la gestion des déchets encombrants semble compromise (absence de coordination, différence de financement et d'objectifs écologiques).

Il faut mettre en place une filière unique de collecte des encombrants dont les points forts seront notamment :

  • intégration systématique du principe du pollueur-payeur;
  • fréquence de débarras élevée, service rapide;
  • facilité d'accès au service de débarras en dispensant une information élargie à la population.

Contrairement à un déchet ménager classique, l'objet encombrant nécessite un broyage avant son incinération.

Ce prétraitement implique une consommation énergétique supplémentaire de l'ordre de 11 (kwh/t), avec comme répercussion une taxe de traitement augmentée: Fr. 244.-/t pour les objets de moins de 60 cm de côté et Fr. 395.-/t pour ceux de plus de 60 cm à l'UIOM des Cheneviers.

Pourtant cette dernière a opté pour une démarche visant à favoriser leur recyclage. C'est dire si ces déchets posent problème à l'incinération (voir en page 5). Le matelas constitue un bon exemple d'encombrant problématique: son élimination est difficile et coûteuse (tri au grappin, mauvaise combustion), alors que les solutions de recyclage existent.

Broyeur type S 350XL pour déchets encombrants fabriqué par la Société Industrielle de la Doux SA (SID). Caractéristiques techniques: débit de 26-60 t/h, à une densité de 0.1 à 0.15 t/m3. La fonction première du broyeur est de réduire la dimension de l'objet encombrant pour permettre son introduction dans les fours d'incinération et d'assurer une meilleure combustion des matériaux.

Valorisation: les solutions existent!

La meilleure valorisation écologique et économique de l'objet encombrant est sa réutilisation directe (marchés d'occasion) qui dépend fortement de l'état de l'objet en question et des habitudes de consommation. La deuxième solution à envisager est le démontage des encombrants et le tri sélectif de leurs composants. Il s'agit déjà d'un "downcycling", puisque l'objet encombrant ne sera pas utilisé pour fabriquer de nouveaux meubles.

Dans cette situation, on cherchera à valoriser les fractions résultantes (bois en copeaux pour panneaux d'agglomérés, ferraille valorisée en aciérie, plastique en valorisation thermique). La solution la plus défavorable pour l'environnement est le broyage et l'incinération des encombrants (consommation énergétique importante, scories à gérer, fumées d'incinération dans l'atmosphère).

En fonction de la filière, les systèmes de financement diffèrent. La filière publique est financée par les impôts du contribuable ou les taxes, alors que la filière privée applique un système payant au détenteur du déchet encombrant (Ikea, Pfister Meubles: >Fr.1000.-/t). A noter que la taxe anticipée de recyclage n'est pas perçue sur le mobilier, ce qui n'est pas le cas des secteurs de l'électronique de loisirs (dès le premier janvier 2002) et de la bureautique.

La gestion des encombrants doit englober le concept de durabilité depuis la fabrication jusqu'à l'élimination. Il faut surtout diminuer les coûts de recyclage aujourd'hui plus élevés que les taxes d'incinération.

 

Adrien Besson,
BIRD, Prilly

 

Pour en savoir plus

Union européenne de l'ameublement
Aperçu des débouchés pour les déchets de l'ameublement dans l'Union européenne, de la gestion des déchets de meubles et des bonnes habitudes à prendre.

Site de la division Déchets de l'OFEFP
Aspects principaux du travail de la division et de sa stratégie, un guide des différents types de déchets, une liste des documentations disponibles.

© Copyright 2017 - leBird Sàrl

mis à jour le
16.06.17