Infos générales

Les actualités de FD84

Ampoule à basse consommation


Les ampoules à incandescence d’une puissance de plus de 75 watts sont interdites à la vente en Suisse depuis le 1er septembre 2010. Dès le 1er septembre 2012, plus aucune de ces ampoules conventionnelles ne sera disponible en Suisse ni dans l’UE. Le consommateur devra alors se tourner vers les ampoules à basse consommation, aussi appelées ampoules fluocompactes.
Ces dernières contiennent du mercure et des composants électroniques. Elles doivent donc être ramenées au commerce ou en déchèterie (tout comme les ampoules LED) pour être recyclées dans une filière spécialisée, alors que les ampoules à incandescence et halogènes, qui ne contiennent ni trop de polluants ni suffisamment de matière facilement valorisable, peuvent être mises aux ordures ménagères. Si les ampoules fluocompactes présentent l’avantage évident de consommer moins d’énergie, leur bénéfice écologique sur tout le cycle de vie a souvent été remis en question. En effet, elles ont un impact plus important au moment de leur fabrication et de leur élimination que les ampoules à incandescence.
Toutefois, comme le montre l’écobilan réalisé par l’EMPA pour comparer ces deux types de sources lumineuses, la charge environnementale due à la production et à l’élimination des ampoules fluocompactes reste faible: le principal impact a lieudurant la phase d’utilisation, pour laquellel’ampoule à basse consommation est bien plus performante. Ainsi, dès 187 heures d’utilisation (avec du courant “Mix Suisse”), une ampoule à basse consommation est plus écologique qu’une à incandescence. Avec une durée de vie moyenne de 10'000 heures -contre seulement 1'000 heures pour les ampoules conventionnelles- l’achat d’une ampoule fluocompacte est donc recommandé. Ecobilan de l’Empa : http://www.empa.ch

Collecte des emballages cartons pour boissons

Les fabricants d’emballage en carton pour boissons comptent mettre en place dès 2011 une collecte séparée en vue d’un recyclage. La collecte séparée, bien que légèrement plus écologique que l’incinération, est toutefois coûteuse. Si les communes sont invitées à collaborer avec les milieux économiques pour cette collecte, Infrastructures communales rappelle qu’il est important qu’elles soient rétribuées à prix coûtant. L’expérience faite avec d’autres déchets comme les bouteilles en PET montre en effet que les coûts des communes ne sont pas entièrement couverts par les taxes ou contributions anticipées de recyclage.
Prise de position d’Infrastructures communales: http://www.kommunale-infrastruktur.ch



Recyclage des papiers cadeaux


S’il semble évident que les feuilles de papier doivent être triées pour recyclage, que faire des papiers spéciaux comme les emballages cadeaux?
Les papiers sales (vieux mouchoirs, papier ménage, serviettes) ne doivent pas être mis au recyclage.
En plus des problèmes d’hygiène, ils présentent un faible intérêt pour les recycleurs, car leurs fibres sont trop courtes. Les papiers enduits comme certains emballages cadeaux, de fleurs ou plastifiés comme les pochettes pour photos, doivent également être mis aux ordures ménagères. Par contre, les papiers d’emballages cadeaux uniquement en papier, les annuaires ou encore les papiers glacés des magazines peuvent être mis au vieux papier, où ils seront triés manuellement par catégories.
Les enveloppes à fenêtre ainsi que les documents agrafés ou avec des trombones peuvent aussi être recyclés: les plastiques et le métal seront enlevés mécaniquement durant le traitement. La part d’impureté doit cependant rester
faible afin de limiter les coûts de traitement.
Il est notamment recommandé d’enlever le film plastique qui entoure les magazines: il devra sinon être retiré manuellement en centre de tri.


 

Pour en savoir plus

Pour que nous puissions continuer à vous informer sur la gestion et la diminution des déchets, vos abonnements nous sont indispensables...

... et 30.- Fr. par année, c'est pas cher !

© Copyright 2018 - leBird Sàrl

mis à jour le
08.10.2018